Les recommandations aux auteurs pour Études sur la Mort

L’Esprit du Temps/Les Éditions « des soixante »

Diffusion par les Presses Universitaires de France

ÉTUDES SUR LA MORT

La Revue de la Société de Thanatologie

 

RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS

La revue Études sur la Mort est transdisciplinaire. C’est une revue semestrielle. Elle publie des articles originaux, des résultats de recherche et des études de cas dans les domaines de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de l’histoire, de la médecine et de toutes les sciences connexes qui composent la thanatologie. Depuis 1967, la Société de Thanatologie publie sa revue (anciennement Bulletin de la Société de Thanatologie) en moyenne deux fois par an. Études sur la Mort est indexée sur SJR (SCImago Journal Rank), sur Scopus (Data base-Elsevier) et sur Cairn.

SOUMISSION DES MANUSCRITS

  • L’envoi d’un article se fait par mail à bacque@nullunistra.fr
  • Les articles comportent de 24 000 à 40 000 caractères (espaces inclus). Ils peuvent être envoyés toute l’année et correspondre à une thématique annoncée ou pas.

Sur une page de garde, les auteurs écrivent leurs noms, prénoms, qualité, institution et adresse, ainsi que leur e-mail.

  • La première page ne comporte que le titre de l’article (pas plus de 40 signes espaces compris).
  • Le titre sera aussi bref et précis que possible. Le titre est aussi traduit en anglais. Plus il est court plus il est stimulant. Il évite les termes implicites ou à double sens.
  • La deuxième page comprend les résumés en français et en anglais (500 caractères au maximum) et des mots-clés en français et en anglais (5 au maximum).
  • Les articles seront dactylographiés en double interligne au corps 12 (soit 1500 signes/page).
  • Les articles ne dépasseront pas 25 pages dactylographiées (soit 37 500 signes que nous arrondissons à 40 000). Après une courte introduction, le texte sera articulé en chapitres, eux-mêmes subdivisés par des sous-titres en MAJUSCULES pour en faciliter la lecture.

LES SOUS-TITRES : on ne laissera jamais de grands « placards » de prose indigeste. Les sous-titres seront courts et explicites. Ils seront stimulants.

LES RÉSUMÉS: ils donnent la tonalité globale et les avancées conceptuelles de l’article. Ils doivent être clairement accessibles à tout lecteur. Aucune abréviation dans le résumé et aucune référence.

LES MOTS CLÉS :

Cinq est un minimum, huit un maximum.

Ils forment un mélange des concepts et des spécialités déployés dans le texte.

On utilisera un maximum de ces mots clés dans les deux premières phrases du texte.

Les intertitres utiliseront aussi certains des mots clés.

GUIDE D’ÉCRITURE D’UN ARTICLE POUR ÉTUDES SUR LA MORT:

 

INTRODUCTION

Succincte, sans intertitres.

 

ÉTAT DE L’ART OU REVUE DE QUESTION

Articuler les intertitres, c’est une synthèse véritable des travaux publiés sur la question.

 

MATÉRIEL ET MÉTHODE OU POPULATION

Cette rubrique vaut pour les études cliniques ou ethnologiques. Elle est descriptive et permet au lecteur de comprendre l’expérience ou l’immersion. À la limite le lecteur pourrait reproduire l’expérience. Les outils (méthodes, inventaires, guides d’entretien) sont détaillés et référencés. Les conditions de l’expérience sont précisées.

 

RÉSULTATS

Employer des sous-titres.

 

DISCUSSION

Cette partie est la plus importante. Elle rapporte les résultats les mieux mis en évidence par l’article. Elle limite l’interprétation mais insiste sur les nouveaux résultats mis en relation avec l’état de l’art précédent. Elle propose de nouvelles directions de recherche et postule de se centrer sur de futurs projets et/ou théories.

 

RÉFÉRENCES

Toute citation faite dans le corps du texte doit être référencée à la fin et vice versa.

Écrire au moins les noms des six premiers auteurs et le doi quand il existe.

Il peut y avoir également une sitiologie.

Écriture en mode APA.

 

EXPERTISE DES MANUSCRITS

Chaque article est d’abord lu par le comité de rédaction et peut déjà faire l’objet de demande de corrections s’il ne respecte pas les recommandations aux auteurs. Puis il est adressé, à l’aveugle à deux experts qui rendent leur avis dans les trois semaines.

Dans le cas où des modifications vous sont demandées, nous vous adressons les avis d’experts par mail et vous demandons de procéder aux rectifications dans les deux semaines. Un nouvel avis des experts est sollicité, puis selon leur accord, votre article est adressé au secrétariat de rédaction des éditions des soixante par le ou la rédactrice en chef.

CHARTE TYPOGRAPHIQUE

Afin que nous puissions traiter au mieux votre texte, il est essentiel que vous nous le transmettiez sous la forme la plus simple qui soit : un fichier word.

L’ensemble de l’article sera écrit dans la même police et la même taille. Titres et noms propres restant en minuscules. Seule la première lettre d’un nom propre sera en majuscule.

-LES NOTES EN BAS DE PAGE, n’utilisez pas l’appel de notes automatique qui existe dans votre logiciel de mise en page. Pour créer une note, il suffit d’écrire directement le numéro de la note après le mot concerné et d’aller à la fin de votre document, dans une rubrique que vous intitulez «Notes» pour inscrire le texte de la note, précédé du même numéro. À la composition, les notes seront replacées en bas de page.

Il vous est demandé de limiter le nombre de notes, car cela alourdit considérablement les textes. Ne faites appel qu’à cinq ou six notes et dix au maximum par article.

N’oubliez pas de désactiver les liens hypertexte (apparaissant en souligné) qui, sur une page d’ordinateur, permettent de renvoyer directement à une page internet.

-LES NORMES D’ECRITURE DES RÉFÉRENCES. Chaque référence bibliographique sera écrite selon les normes APA dans l’ordre suivant :

Article : Nom de l’auteur (en minuscules avec initiale majuscule), suivi d’une virgule puis de l’initiale de son prénom en majuscule suivi d’un point (et ainsi de suite pour les autres auteurs). (Année de parution entre parenthèses), titre de l’article, in titre de l’ouvrage (ou titre de la revue) en italiques, volume, (numéro), page de début-page de fin.

Exemple :

Hintermeyer, P. (2017 a). Succès et limites de l’euthanasie. Le développement d’un militantisme de la mort, Études sur la mort, n° 55, p.53-62.

 

Ouvrage : Nom de l’auteur (en minuscules avec initiale majuscule), suivi de.s l’initiale.s de son.ses prénom.s en majuscule suivi d’un point (et ainsi de suite pour les autres auteurs). (Année de parution entre parenthèses), titre de l’article, in titre de l’ouvrage (ou titre de la revue) en italiques, Ville de parution, pays de Parution : Editeur, volume, (numéro), page de début-page de fin.

 

Exemple :

– Freud, S. (1939). L’homme Moïse et la religion monothéiste, Paris, France : Gallimard, 1986.

– Freud, S. (1969). Les théories sexuelles infantiles, in La vie sexuelle, Paris, France : PUF, p. 24-44.

L’appel des références bibliographiques dans le corps du texte se fera ainsi : (Freud, 1969).

Ne mettez aucun espace entre les guillemets et les mots qui les entourent, aucun entre un ; : ! ? et le mot qui le précède : les espaces nécessaires seront rétablis à la composition.

Utilisez l’italique avec modération (le réserver aux titres d’ouvrages, aux mots en langue étrangère, ou pour faire ressortir un mot ou une expression particulière). Les citations doivent venir entre guillemets et sans italiques. Pas de mots soulignés.

N’usez du gras que pour marquer la hiérarchie des titres et sous-titres de paragraphe.

Les paragraphes se succèderont sans ligne blanche. Ne sautez une ligne que pour marquer un détachement. N’utilisez pas d’alinéa.

Petit rappel : etc. s’écrit tel quel, jamais suivi de trois points de suspension.

Les majuscules seront accentuées. Exemple : À, Édition, Être, etc.

Nous fournir à part vos éventuels tableaux ou documents-image ou schémas en jpg ou pdf, en noir et blanc, et de qualité correcte. Vous pouvez les laisser dans votre fichier word pour voir les emplacements, mais ils doivent être également joints séparément à votre article.

La hiérarchie des titres et sous-titres à l’intérieur de l’article sera clairement établie. Pour que nous puissions effectuer correctement la présentation lors de la mise en page, nous vous remercions de joindre, en fin de fichier, un plan de construction qui ne sera pas publié mais nous servira de guide.

BON À TIRER : Vous recevrez, quelques jours avant la publication définitive, votre manuscrit à corriger éventuellement. Vous nous fournirez par mail en retour et dans la semaine, vos corrections (il ne s’agit en aucun cas de modification de mot, encore moins de phrase, mais éventuellement de coquilles laissées par la mise en page. Merci de nous renvoyer dans la semaine vos demandes de modification.

Nous vous remercions infiniment pour votre contribution à maintenir la qualité de la revue ÉTUDES SUR LA MORT, disponible sur la base de données Cairn.info

 

Comité de rédaction d’ÉTUDES SUR LA MORT

Marie-Frédérique BACQUÉ, directrice de la publication, psychologue, psychanalyste, Strasbourg (France)

Christina ALEXOPOULOS, historienne et psychologue, Strasbourg (France)

Jacques CHERBLANC, sciences politiste, Chicoutimi (Canada)

Fiorenza GAMBA, sociologue de la culture et communication, Genève (Suisse)

Ian GONZALEZ, anthropologue, Montpellier (France)

Kossigan KOKOU-KPOLOU, psychologue, Amiens (France)

Cynthia MAURO, psychologue, Lille (France)

Pedro URBANO, psychologue de l’évolution, éthicien, Coimbra (Portugal)

 

Comité scientifique international d’ÉTUDES SUR LA MORT

Patrick BAUDRY, sociologue, Bordeaux (France)

Françoise BIOTTI-MACHE, Historienne du droit, Roye (France)

Francesco CAMPIONE, psychologue, Bologne (Italie)

Georges CHAPOUTHIER, neuro-biologiste, Paris (France)

Didier de BROUCKER, médecin, Lille (France)

Luce des AULNIERS, anthropologue, Montréal (Canada)

Eckhard FRICK, psychiatre, théologien, München (Allemagne)

Tadaaki FURUHASHI, psychiatre, Nagoya (Japon)

Pascal HINTERMEYER, sociologue, Strasbourg (France)

Emmanuel HIRSCH, philosophe, Paris (France)

Françoise HURSTEL, psychologue et psychanalyste, Strasbourg (France)

David LE BRETON, anthropologue, Strasbourg (France)

Damien LE GUAY, philosophe, Paris (France)

Sylvana MARCHESINI, avocat et psychanalyste (Brésil)

Jocelyne PORCHER, chercheure en agronomie, Paris (France)

Marina SOZZI, rédactrice en chef de la revue Studi Tanatologici, Turin (Italie)